Propos du Bienheureux Gabriel Allegra (béatifié en 2012 par Benoit XVI)

«Pour un livre aussi absorbant, aussi charismatique, aussi extraordinaire même d’un point de vue purement humain […] je trouve une justification théologique dans la Première Epître aux Corinthiens 14,6, où St Paul écrit: Et maintenant, frères, supposons que je vienne chez vous et vous parle en langues, en quoi vous serai-je utile, si ma parole ne vous apporte ni révélation, ni science, ni prophétie, ni enseignement? […] Je ne trouve aucune autre œuvre chez les éminents spécialistes des écritures, qui complète et clarifie les Evangiles Canoniques aussi naturellement, spontanément, et avec autant de vivacité. […] Et ce qui me fait le plus m’émerveiller, c’est que M. Valtorta ne tombe jamais dans des erreurs théologiques; au contraire, elle rend les mystères révélés plus faciles pour le lecteur, en les transposant dans un langage populaire et moderne. […] Chef-d’œuvre de la littérature chrétienne mondiale!»
(extraits de son «journal» et de sa «critique de l’œuvre de Maria Valtorta»)

 

Propos du père Gabriel Roschini

Fondateur de la faculté de théologie Marianum, et connu pour être un des deux meilleurs mariologues du XXème siècle, écrit: «Aucun autre écrit marial, pas même la somme de tous ceux que j’ai lus et étudiés, n’avait été en mesure de me donner sur Marie, chef-d’œuvre de Dieu, une idée aussi claire, aussi vive, aussi complète, aussi lumineuse et aussi fascinante, à la fois simple et sublime, que les écrits de Maria Valtorta».
(La Vierge Marie dans les écrits de Maria Valtorta, éditions CEV, 2009)

 

Emmanuel Gaudreault

Son étude, L’œuvre de Maria Valtorta: approche de sa valeur mystique, publiée le 12 décembre 2012 sur le site www.maria-valtorta.org, se conclut par ces mots: «Que l’on approfondisse d’une façon nouvelle l’Evangile et la réalité de Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai Homme, à travers L’Evangile tel qu’il m’a été révélé, que l’on découvre sous un nouveau jour la puissance de la Grâce à travers les visions si prenantes des martyrs dans les Cahiers, ou que l’on assimile en notre âme la ’ moelle ’ de la théologie, par la lecture des Leçons de l’Epitre de Saint Paul aux romains, toute âme qui ouvrira un volume de l’œuvre donnée à Maria Valtorta en notre temps, si celle-ci possède un cœur ouvert, ainsi qu’une soif de connaître et d’aimer toujours plus Celui qui est l’Amour, trouvera une nourriture merveilleuse, nourrissante, transformante, en ces pages.»

Contribuer