La géographie dans l’oeuvre de Maria Valtorta

Maria Valtorta cite ou décrit avec précision plus de cinq cents données géographiques et ethnographiques relatives à la Palestine du premier siècle. Au fil de son récit, elle localise tous les actes et enseignements de Jésus rapportés par les évangiles, mais elle y ajoute également d’autres données relatives à des événements inédits, dont elle fut le témoin privilégié. Ces lieux, qu’elle n’a jamais visités ni connus, sont pourtant décrits avec une précision remarquable. Jésus Lui-même en donne la confirmation dans une dictée à Maria:

«Il y a quelques jours, tu disais que tu meurs sans voir satisfait ton désir de visiter les Lieux Saints. Tu les vois et comme ils étaient, quand je les ai sanctifiés par ma présence. Maintenant, après vingt siècles de profanations par haine ou par amour, ils ne sont plus comme ils étaient. Donc, à présent, toi, tu les vois et qui va en Palestine ne les voit pas» (dictée du 3 mars 1944)

Certains lieux mentionnés sont forts peu connus, et cela suscite l’étonnement des spécialistes. Le Père François-Paul Dreyfus, o.p. (1918-1999), de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem en témoigna:

«Je suis très impressionné de trouver dans l’oeuvre de Maria Valtorta le nom d’au moins six ou sept villes qui n’apparaissent ni dans l’Ancien ni dans le Nouveau Testament. Ces noms ne sont connus que par quelques rares spécialistes et grâce à des sources non bibliques».

Ces «connaissances remarquables» transmises par Maria Valtorta sont beaucoup plus nombreuses qu’il y paraît au premier abord.

Carte