Sun 18 August 2019
Luc 12,49-53
Je suis venu mettre le feu sur la terre, et qu'est-ce que je désire, si déjà il est allumé?. J'ai à recevoir un baptême, et comme je suis dans l'angoisse jusqu'à ce qu'il soit accompli!. Pensez-vous que je sois venu donner la paix sur la terre? Non point, vous dis-je, mais bien la division. Car, désormais, cinq dans une maison seront divisés: trois contre deux, et deux contre trois. Ils seront divisés: père contre fils et fils contre père, mère contre fille et fille contre la mère, belle-mère contre sa belle-fille et belle-fille contre la belle-mère. "

Dans L’Evangile tel qu’il m’a été révélé, 276.12-13
[…] Être choisi par moi n’est pas un frais repos dans un bosquet fleuri. Je suis venu apporter le feu sur la terre, et que puis-je désirer sinon qu’il s’embrase ? Aussi je m’épuise et je veux que vous vous épuisiez jusqu’à la mort et jusqu’à ce que toute la terre soit un brasier de feu céleste. Quant à moi, je dois être baptisé d’un baptême. Et comme je serai angoissé tant qu’il ne sera pas accompli! Vous ne vous demandez pas pourquoi ? Parce que, par ce baptême, je pourrai faire de vous des porteurs du Feu, des agitateurs qui agiront dans toutes et contre toutes les couches de la société pour en faire une unique réalité: le troupeau du Christ.

Croyez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre ? Et selon la manière de voir de la terre ? Non, mais au contraire la discorde et la désunion. Car désormais, et jusqu’à ce que toute la terre soit un unique troupeau, sur cinq membres d’une maison, deux s’opposeront à trois, le père sera contre le fils et ce dernier contre son père, la mère contre ses filles, et celles-ci contre elle, et les belles-filles et les belles-mères auront un motif de plus de ne pas s’entendre: en effet, il y aura un langage nouveau sur certaines lèvres, et il se produira une sorte de Babel, car un soulèvement profond ébranlera le royaume des affections humaines et surnaturelles. Mais ensuite viendra l’heure où tout s’unifiera en une langue nouvelle que parleront tous ceux que le Nazaréen aura sauvés ; les eaux des sentiments se purifieront, alors que les scories tomberont au fond et que brilleront à la surface les eaux limpides des lacs célestes.

En vérité, me servir n’est pas un repos dans le sens que l’homme donne à ce mot. Cela demande un héroïsme inlassable. Mais je vous le dis: à la fin, il y aura Jésus, toujours et encore Jésus, qui ceindra son vêtement pour vous servir, puis s’assiéra avec vous à un banquet éternel et on oubliera fatigue et douleur.

276.13Maintenant, puisque plus personne n’est venu à notre recherche, allons vers le lac. Nous nous reposerons à Magdala. Dans les jardins de Marie, sœur de Lazare, il y a place pour tous et elle a mis sa maison à la disposition du Pèlerin et de ses amis. Il n’est pas besoin de vous dire que Marie de Magdala est morte avec son péché et que, de son repentir, est née Marie, sœur de Lazare, disciple de Jésus de Nazareth. Vous le savez déjà, car la nouvelle a couru comme le frémissement du vent dans une forêt. Mais moi, je vous dis ce que vous ne savez pas: que tous les biens personnels de Marie sont pour les serviteurs de Dieu et pour les pauvres du Christ. Allons…»