Parmi les écrits de Maria Valtorta, l’œuvre principale est publiée en dix volumes et s’intitule: L’Evangile tel qu’il m’a été révélé.

L’œuvre raconte la naissance et l’enfance de la Vierge Marie et de son fils Jésus (écrite en grande partie pendant la guerre), les trois années de la vie publique de Jésus (qui constituent la majeure partie de l’œuvre), sa passion, sa mort, sa résurrection et son ascension ainsi que les origines de l’Eglise et l’assomption de Marie.

D’un très haut niveau littéraire, l’œuvre nous peint les paysages, l’atmosphère, les personnages et les événements avec beaucoup de relief. La description des caractères et des situations témoigne d’une grande maîtrise de l’introspection; les joies et les drames semblent racontés par quelqu’un qui les a vraiment vécus; elle nous informe sur le contexte, les coutumes, les rites et la culture d’une époque avec des détails qui sont irréprochables.

A travers le récit captivant de la vie terrestre du Rédempteur, riche en discours et en dialogues, elle illustre toute la doctrine du christianisme conformément à l’orthodoxie catholique.

“Des dons de la nature et des dons mystiques harmonieusement conjugués” – dira en 1968 le bibliste P. Gabriele M. Allegra, missionnaire franciscain aujourd’hui “vénérable” – “ont produit ce chef d’œuvre de la littérature religieuse italienne et peut-être, faudrait–il dire, de la littérature chrétienne mondiale”.

Maria Valtorta écrivit cette œuvre de 1944 à 1947. Certains des derniers épisodes datent de 1951.

Elle ne procédait pas toujours selon l’ordre narratif. Parfois, obéissant à des exigences spirituelles contingentes, elle devait écrire un ou plusieurs épisodes sans respecter la linéarité du récit et par la suite Jésus lui indiquait où il fallait les insérer. Malgré cette discontinuité sporadique dans la narration et malgré l’absence de plans préparatoires, écrits ou pensés, l’œuvre présente, du début à la fin, une structure parfaitement organique.

En outre Maria alternait la narration sur L’Evangile avec des pages traitant de sujets divers qu’elle écrira de 1943 (juste après avoir terminé son Autobiographie) à 1950. Ces écrits constituent le corpus des œuvres mineures publiées en cinq volumes: trois volumes de mélanges intitulés Les Cahiers (respectivement 1943, 1944 et 1945/50) qui traitent de sujets ascétiques, bibliques, doctrinaux, de chroniques autobiographiques, de descriptions de scènes évangéliques et de martyre des premiers chrétiens; un volume intitulé Le livre d’Azarias qui contient des commentaires des textes (évangile exclu) du missel traditionnel des fêtes et un volume de Leçons sur l’épître de Saint Paul aux Romains.

D’autres écrits, restés inédits depuis de nombreuses années, ont été recueillis et publiés sous le titre Quadernetti (Les carnets, en cours de traduction). Nous avons également commencé la publication des lettres de Maria Valtorta avec les ouvrages Lettere a mons. CarinciLettere a padre Migliorini et Lettere a madre Teresa Maria [tome 1 et 2]. Ceux-ci ne sont disponbles qu’en italien pour l’instant.